Skip to contentSkip to navigation
Colmatons la brèche et sauvons notre démocratie

Colmatons la brèche et sauvons notre démocratie

La crise du journalisme menace notre démocratie.
La crise du journalisme menace notre démocratie.

Près de 200 communautés au pays ont perdu un journal local au cours de la dernière décennie. Plus de 16 000 journalistes ont été mis à pied.. Le grand perdant? La démocratie canadienne. Sans nouvelles fiables, les citoyens peuvent difficilement demander des comptes à leurs élus.

Le problème, c’est la pub. Auparavant, les compagnies canadiennes plaçaient des publicités dans les journaux locaux, ainsi qu’à la télé et à la radio; ces médias utilisaient cet argent pour financer leur journalisme. Désormais, elles placent leur publicité auprès de compagnies étrangères, comme Google et Facebook, qui ne financent aucun journalisme et qui souillent notre démocratie de fausses nouvelles et d’extrémisme.

Le pire dans tout ça? Ottawa fait tout pour les encourager!

Depuis les années 70, le gouvernement accorde des avantages fiscaux pour inciter les compagnies à effectuer leurs dépenses publicitaires au pays. Mais, une énorme brèche dans Loi de l’impôt sur le revenu permet aux compagnies de bénéficier de ces avantages, même lorsqu’elles placent des publicités en ligne dans des médias étrangers.

C’est plutôt ridicule. Une pub dans le New York Times n’est pas déductible d’impôt. Mais une pub sur nytimes.com l’est.
Essentiellement, une loi de 1979 a toujours cours en 2019.

Colmater cette brèche renflouerait les finances publiques de plus de 1,3 milliards de dollars, et rapatrierait jusqu’à 500 millions pour les journalistes canadiens, à court d’argent, qui entretiennent notre démocratie.

Si M. Trudeau croit à la vérité et à la démocratie, il devrait colmater cette brèche immédiatement. Exigez que des mesures soient prises immédiatement!