Skip to contentSkip to navigation
Joignez-vous
aux Amis
Mettons fin à la haine en ligne

Mettons fin à la haine en ligne

Notre démocratie est en péril.

Aux États-Unis, une meute d’extrême droite suivant les directives de Donald Trump a pris d’assaut le Capitole. Des bureaux saccagés, des documents volés et cinq morts victimes de cet assaut sur la démocratie elle-même.

Cette attaque contre la démocratie américaine a été facilité par les médias sociaux.

Ce type d’acte haineux, encouragé par Trump, n’aurait jamais pu se propager aussi rapidement et efficacement sans la complicité des Facebook et Twitter de ce monde. Depuis près d’un an, Trump a cultivé la colère de ses partisans alors qu’il savait bel et bien qu’il subirait une défaite électorale. Ces mêmes partisans se sont organisés sur Facebook et, appuyés et encouragés par la platforme et ses algorithmes, ont pu propager propager leurs messages de haine et de peur à des millions de gens.

La manière dont Facebook cautionne tacitement la diffusion de contenus illégaux aurait envoyé n’importe quel autre éditeur traditionnel derrière les barreaux. L'incitation à la violence à des conséquences. Mais pour Facebook, c'est son modèle d'affaires.

Mais ce phénomène n'est pas qu'Américain. Si nous n'agissons pas maintenant, nous pouvons nous attendre à la même chose chez nous.

Face aux compagnies comme Facebook et Twitter, Ottawa agit encore plus timidement que Washington, les acquittant de toute responsabilité face aux contenus qu’ils publient, même dans les cas les plus extrêmes, comme celui où Trump a incité ses partisans à s’attaquer à la démocratie américaine.

Dites à Ottawa de renforcer la Loi sur la radiodiffusion afin de rendre les Facebook de ce monde responsables des contenus illégaux qu’ils diffusent.

Il est grand temps que notre gouvernement applique nos lois sur ces plateformes de diffusion. Les médias sociaux sont à toute fin pratique des éditeurs. Donnons-leur le même encadrement.

Dites à Ottawa d'agir afin de rendre les plateformes responsables pour le contenu illégal qu'elles diffusent. Envoyez une lettre au premier ministre Trudeau dès aujourd'hui!