Skip to contentSkip to navigation
CBC president Tait compares rise of Netflix to 'beginning of a new empire'
Salle des nouvelles
Salle des nouvelles - Conditions

La Salle des nouvelles des Amis de la radiodiffusion canadienne est la plus grande base de données canadienne traitant du système de radiodiffusion, la propriété des médias et les politiques culturelles au Canada. L’objectif de cette base de données est de colliger et de conserver les nouvelles traitant de ces sujets, sans modifications, afin que le public puisse, sans frais, accéder à la base de données pour des raisons académiques, de recherche, d’étude privée et de fins connexes.

Voici un exemple d’utilisation équitable : le téléchargement d’un seul exemplaire d’un article, en entier ou en partie, pour des fins de recherche ou d’étude personnelle. Le contenu de cette base de données est assujetti à la Loi sur le droit d’auteur du Canada, et au-delà de l’utilisation équitable, aucun usage ou reproduction est permis sans l’autorisation du ou des détenteurs des droits d’auteur. Si vous acceptez de limiter votre utilisation de cette base de données aux usages permis par la Loi du droit d’auteur du Canada, veuillez cliquez sur la touche « J’accepte » ci-bas.

Cet article n'est disponible qu'en anglais pour l'instant.
En savoir plus

CBC president Tait compares rise of Netflix to 'beginning of a new empire'

le
31 janvier 2019

Catherine Tait said she appreciates Netflix’s international content but warned that imperialism leaves damage to local communities in its wake.

CBC president Catherine Tait is drawing a parallel between Netflix’s cultural domination and the colonialism of the British and French empires.

The head of the public broadcaster made the analogy today during her appearance on a panel organized by the Canadian Media Producers Association in Ottawa.

Tait noted there was a time when cultural imperialism was considered acceptable.

She gave the example of the British viceroy in India who felt he was helping the local people. Tait added the same was true of French administrators who thought they were educating Africans and helping them export their resources.

Tait said she appreciates Netflix’s international content but warned that imperialism leaves damage to local communities in its wake. She said Canadians need to be careful as they respond to global companies coming into the country.

Tait made the comments in front of Stephane Cardin, Netflix’s director of public policy for Canada, who also took part on the panel. He appeared to shake his head as she compared the streaming service to past empires.

© Calgary Herald

Défendons ensemble nos intérêts culturels et économiques.