Skip to contentSkip to navigation
Cultiver l’amour de la patrie par la radio publique

Cultiver l’amour de la patrie par la radio publique

Écrit par
Andreas Souvaliotis
le
26 février 2019

Andreas Souvaliotis raconte que, lorsqu’il venait d’immigrer au Canada, la radio lui a insufflé un patriotisme envers son nouveau pays.

Cultiver l’amour de la patrie par la radio publique

Photo: Guillaume Jaillet

Patriotisme. Voilà un beau mot, un mot spécial, créé à une époque très lointaine par mes ancêtres grecs. Dans son sens le plus stricte et le plus noble, il signifie tout simplement « amour de la patrie ».

Je me suis toujours vanté d’être le Canadien, par choix, le plus fier et le plus patriotique. J’ai été attiré par ce pays en tant que fugitif d’un autre monde – en tant qu’adolescent marginalisé, plein d’espoir, d’appétits et d’appréhensions. Gai et autiste, j’ai grandi dans un lieu et à une époque où la différence n’était aucunement la bienvenue, une des sociétés les plus homogènes d’Europe au vingtième siècle. Je me sentais complètement exclu dans mon pays natal et j’avais besoin de trouver un chez moi; je voulais un pays qui me voudrait pour qui j’étais, un lieu qui m’accueillerait et où je pourrais assumer pleinement qui je suis, plutôt que d’en être prisonnier.

Dès que j’ai eu dix-huit ans et que je suis devenu libre de faire mes propres choix, j’ai plié bagage, j’ai dit adieu à mon nid familial, et je suis déménagé à l’autre bout du monde (au sens propre et figuré) : j’ai choisi de planter mes racines canadiennes dans la province éloignée, vaste, paisible et amicale du Manitoba.

Durant mes premières années dans ma nouvelle patrie, lors de mes longs trajets en solitaire dans les Prairies, je me suis imprégné de mon nouveau pays grâce à la radio dans ma voiture.

Durant mes premières années dans ma nouvelle patrie, lors de mes longs trajets en solitaire dans les Prairies, je me suis imprégné de mon nouveau pays grâce à la radio dans ma voiture. J’ai gagné tant de fierté, j’ai assimilé des connaissances, et j’ai renforcé mon amour sincère pour ma patrie de prédilection, simplement en faisant de CBC radio mon compagnon de route au quotidien. Parfois, il m’arrivait même de syntoniser Radio-Canada, par exprès, pour étendre ma compréhension et accroître mon sentiment d’appartenance. Le soir, je laissais Knowlton Nash me guider en douceur pour faire le tour des nouvelles du pays, des manières dont nous nous distinguons à titre de société la plus inclusive, la plus diversifiée, la plus ouverte et la plus progressiste au monde.

Ma fierté et mon patriotisme canadiens ont été fondamentalement façonnés parce qui voyageait sur ces ondes. Tout cet amour de la patrie et ce sentiment unique d’appartenance ont fini par donner forme au rôle et à la place que j’occuperais dans ce pays. Cet attrait particulier que j’avais à me sentir « en pleine possession » de mon Canada m’a éventuellement orienté vers une carrière fondée sur la portée sociale positive. Je n’ai pas pu résister à la tentation de travailler afin de rendre le monde meilleur.

Restez informé, rejoignez la liste d'envoi des AMIS

Requis

Vous êtes à deux pas de compléter votre profil.

Requis
Requis
Requis
Requis
Requis
Requis

En construisant une série d’entreprises sociales – y compris Carotte, une appli bien-être qui incite les Canadiens à faire de meilleurs choix santé et mode de vie au quotidien – j’ai ressenti une joie patriotique incomparable en dévouant mon esprit, mon énergie et ma bosse des affaires à l’amélioration de la société qui m’a tant donné. C’est ainsi que je me sens comme un vrai bâtisseur, un vrai propriétaire du pays que j’ai choisi.

J’aime les cycles parfaits que la vie nous offre. Jadis, mon patriotisme canadien a été façonné par la CBC lors de mes longues heures de route dans les Prairies. Aujourd’hui, c’est mon tour d’aider d’autres personnes à façonner leurs vies.

Joignez notre campagne pour que Radio-Canada puisse combattre les fausses nouvelles et promouvoir notre culture.