Skip to contentSkip to navigation
Joignez-vous
aux Amis
Des projets musicaux hors de l'ordinaire

Des projets musicaux hors de l'ordinaire

le
08 septembre 2020

Découvrez nos recommandations musicales de la semaine et abonnez-vous à notre infolettrepour recevoir nos prochains coups de cœur culturels directement dans votre boîte de réception.

Des projets musicaux hors de l'ordinaire

Fet.Nat

Cette semaine dans nos coups de cœur, ayant une grande admiration pour les musiciens, musiciennes et autres artistes qui réussissent à trouver un son, une voix, ou encore une voie qui leur est propre, je vous parlerai de quelques projets musicaux qui se sont démarqués – du moins, selon moi – grâce à leur signature sonore unique et/ou à l’originalité de leur conception. – Devin Ashton-Beaucage

Branchez-vous à votre culture en vous abonnant aujourd'hui!

Requis

Requis
Requis
Requis
Requis
L'espace intermédiaire, le dernier opus de Mille Milles. – photo : Victoria Dimaano

L'espace intermédiaire, le dernier opus de Mille Milles. – photo : Victoria Dimaano

C’est grâce à une publication Facebook de Marie-Pierre Arthur, dans laquelle elle informait ses abonné.e.s d’un projet dans lequel elle avait été impliquée en tant que bassiste, que j’ai fait cette heureuse découverte inattendue. Mille Milles, c’est essentiellement le fruit d’une collaboration entre le compositeur, arrangeur, réalisateur et interprète Vincent Legault, un membre de Random Recipe et de Dear Criminals, et de la comédienne et dramaturge Evelyne de la Chenelière, qui a signé les textes qu’elle récite au téléphone et qui donnent un ton quelque peu nostalgique et existentiel au projet. Le duo est ponctuellement appuyé par quelques musiciens additionnels, notamment un quatuor à corde, l’hautboïste Florence Blain Mbaye (que vous connaissez peut-être aussi en tant que comédienne) ainsi qu’Amir Amiri au santour. C’est une production captivante, qui prend bien le temps de respirer et d’hypnotiser son auditoire. Bref, le résultat est totalement envoutant. – DAB

                       Le groupe gatinois Fet.Nat.
                       Le groupe gatinois Fet.Nat.

Le souvenir du premier concert de Fet.Nat auquel j’ai assisté est resté gravé dans ma mémoire, d’une part à cause de l’impressionnante habileté des musiciens, mais surtout à cause de l’étrange théâtralité qui entourait leur performance. Pour vous donner un exemple, alors que deux membres donnaient l’impression de s’engueuler sur scène après la fin d’une pièce, que les autres semblaient prendre le temps d’apporter des ajustements à leur équipement, je me suis rendu compte après quelques minutes que le morceau suivant avait graduellement pris forme à travers tout ce chaos.

Vous aurez peut-être déduit en lisant ces dernières lignes que Fet.Nat n’est probablement pas une proposition qui plaira à tout le monde. Plusieurs trouveront leur musique aride, mais moi je la trouve captivante. Ils ont su se créer leur propre univers et langage musical hachuré, qui complémente superbement la poésie aux allures parfois sale et impulsive de JFNO, la voix du groupe. Bref, si j’habitais l’Outaouais, je serais fier de dire que Fet.Nat est né dans ma région. – DAB

René Lussier

René Lussier

René Lussier est une des figures marquantes du milieu de la musique actuelle au Québec, ce qui fait de lui quelqu’un de somme toute peu connu. On pourrait donc dire que son album phare de 1989 Le trésor de la langue est un grand classique pour initiés.

Il y a un peu plus de trente ans, M. Lussier parcourait le Chemin du Roy en direction de la Ville de Québec et enregistrait des personnes qu'il croisait au passage à qui il demandait de parler de l’importance de la langue française. Ces témoignages recueillis ont ensuite été repiqués par Lussier, qui a associé chaque syllabe à une hauteur de note et une figure rythmique précise, pour finalement orchestrer le tout. Cette technique est devenue beaucoup plus populaire aujourd’hui à l’ère des réseaux sociaux et des courtes vidéos humoristiques – le musicien américain toujours vêtu de fluo MonoNeonen produit à profusion depuis quelques années, et plus récemment, une vidéo dans laquelle le pianiste Olivier Beaulieumettait en musique la diatribe d’une femme contre les mesures sanitaires qui l’empêchaient d’accéder aux toilettes a largement circulé sur Facebook. Mais on ne retrouve pas seulement des extraits retravaillés du vox pop mentionné plus haut dans Le trésor de la langue. Lussier offre aussi le même traitement à des enregistrements de personnages et de moments marquants de l’histoire du Québec. L’extrait le plus « célèbre » de l’album, « Cé ça qu’on va faire »,est d’ailleurs bâti autour d’un discours du syndicaliste Michel Chartrand. La même plage du disque nous ramène ensuite aux résultats du premier référendum sur la souveraineté du Québec en 1980, en passant par le discours de défaite de René Lévesque, et se termine par la narration de Richard Desjardins qui rappelle le sombre sort qu’ont subi les Premières nations.

Tout ça pour dire que c’est une belle façon, originale et agréable (du moins, je vous le souhaite) de revisiter l’histoire du Québec d’une époque qui commence à être lointaine. Bonne écoute! – DAB

Vous désirez être informé·e de nos prochaines suggestions culturelles? Abonnez-vous!

Requis

Rester chez soi ne veut pas dire que vous devez vous sentir esseulé·e. Joignez vous à notre mouvement en vous abonnant!

Requis
Requis
Requis
Requis
Dans cet article
Défendons ensemble nos intérêts culturels et économiques.
Suivant
Nos coups de cœur