Skip to contentSkip to navigation
La SRC rejette les annonces qui contestent le muselage des médias par Harper

La SRC rejette les annonces qui contestent le muselage des médias par Harper

le
22 juillet 2013

La SRC a refusé de diffuser des annonces publicitaires qui contestent la prise de contrôle du radiodiffuseur public national par le gouvernement fédéral.

Un nouveau sondage Nanos démontre que les Canadiens rejettent la prise de contrôle de la SRC par le gouvernement

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Ottawa – La SRC a refusé de diffuser des annonces publicitaires qui contestent la prise de contrôle du radiodiffuseur public national par le gouvernement fédéral.

Les annonces, commanditées par le groupe chien de garde Les AMIS de la radiodiffusion canadienne, font la promotion de la campagne Libérez la SRC, qui s’oppose à la décision du gouvernement Harper visant à miner l’indépendance éditoriale de la SRC en contrôlant directement la rémunération et les conditions de travail de tous ses employés, y compris ceux chargés des nouvelles.

Les AMIS ont dévoilé les annonces lors d’une conférence de presse à Ottawa ce matin. Elles sont disponibles en ligne à www.srclibre.ca.

« Nous aurions voulu diffuser ces annonces dans Le Téléjournal et d’autres émissions de nouvelles de la SRC. Leur rejet soutient précisément notre point de vue. Harper pourra exercer encore plus de contrôle sur la rémunération et des conditions de travail de tous les employés de la Société, » a déclaré Ian Morrison, porte-parole des AMIS.

Le dernier projet de Loi omnibus associée au budget, devenue la Loi C-60, expose la SRC à l’ingérence politique du gouvernement.

« Avec la prise de contrôle de la SRC et la nouvelle récente au sujet d’une enquête de la police militaire sur le chef du bureau de CTV à Ottawa, Bob Fife, M. Harper se comporte comme un chef de gouvernement chinois, russe ou cubain, » selon M. Morrison.

La prise de contrôle de la SRC ne plaît pas dutout aux Canadiens.

Un nouveau sondage Nanos dévoilé par les AMIS ce matin démontre que la vaste majorité des Canadiens rejettent le projet des Conservateurs de Harper de miner l’indépendance de la SRC.

Seulement un électeur sur huit (12%) croit que le gouvernement devrait contrôler la rémunération et les conditions de travail de tous les employés de la SRC, tandis que 81% pensent que la SRC devrait demeurer indépendante du gouvernement conformément à son mandat élaboré dans la Loi sur la radiodiffusion. La majorité des supporteurs du Parti conservateur (55%) sont en accord avec ce point de vue.

« M. Harper s’est isolé même de ses propres partisans sur cette question, » selon M. Morrison. Les AMIS ont commandité ce sondage.

Le sondage Nanos fut administré entre le 16 et le 19 juin auprès de 1 000 Canadiens en âge de voter. Il posait aussi des questions au sujet du financement de la SRC, du niveau de satisfaction avec ses services national et régionaux, du contenu canadien et de la culture. Parmi les résultats :

  • 79% pensent que la SRC joue un rôle important dans la protection de la culture et de l’identité canadiennes.

  • 80% conseilleraient à leur député de maintenir ou d’augmenter le financement de la SRC.

  • 89% pensent que le Président de la SRC ne devrait pas être nommé par le Premier ministre, tandis que 87% pensent que le Premier ministre ne devrait pas nommer les membres du Conseil d’administration.

Le sondage établit également que la vaste majorité des Canadiens s’opposent aux mesures draconiennes proposées au cahier des résolutions du congrès politique du Parti conservateur, maintenant remis à l’automne.

Ces résolutions proposent, entre autres, d’éliminer tout financement public à la SRC, de la transformer en chaîne payée par ses usagers (le modèle PBS américain) et de biffer la clause qui reconnaît l’importance de la SRC au sein de la politique conservatrice existante.

Le sondage révèle très peu de soutien et une majorité écrasante de Canadiens qui s’opposent à ces idées.

« Le Premier ministre Harper est déjà loin de la position de la vaste majorité des Canadiens qui valorisent la radiodiffusion publique. Soutenir ces politiques extrémistes éloignerait les Conservateurs encore davantage de la plupart des électeurs, » selon M. Morrison.

Les participants ont sondage ont été recrutés au hasard par téléphone selon la méthodologie d’échantillonnage propre à Nanos (Crowdsource) et administré en ligne. La marge d’erreur pour un échantillon de 1 000 Canadiens est de ±3.1%, 19 fois sur 20, et les résultats ont été pondérés pour refléter la population canadienne.

Les AMIS de la radiodiffusion canadienne constituent un group chien de garde pour la programmation canadienne et n’est affilié avec aucun radiodiffuseur ni parti politique.

-30-

Renseignements : Jim Thompson 613-447-9592; jim@friends.ca
Le sondage intégrale est disponible à: http://www.les-amis.ca/files/PDF/2013-388-FCB-Report-FR.pdf

Défendons ensemble nos intérêts culturels et économiques.