Skip to contentSkip to navigation
Joignez-vous
aux Amis
Les coups de cœur de Florence Blain Mbaye

Les coups de cœur de Florence Blain Mbaye

le
15 décembre 2020

Découvrez les coups de cœur culturels de Florence Blain Mbaye et abonnez-vous à notre infolettrepour demeurer à l'affût des activités des AMIS de la radiodiffusion.

Les coups de cœur de Florence Blain Mbaye

L'actrice et musicienne Florence Blain Mbaye – photo : Jean-Francois Sauvé

Florence Blain Mbaye est une artiste aux nombreux talents. Il y a de bonnes chances que vous ayez vu ou entendu cette actrice et musicienne sur scène, à la radio, à la télévision ou sur le grand écran. La pandémie l’aura peut-être éloignée des planches pour un temps, mais Florence se tient tout de même occupée et travaille actuellement sur un album aux sonorités folk et soul que vous pourrez écouter dès 2021, et il est également possible de la voir dans le très intriguant long métrage Il n’y a pas de Faux Métier, qui effectue présentement sa tournée des festivals de cinéma.

Malgré tous ses engagements, Florence a pu trouver le temps de nous transmettre quelques-uns de ses coups de cœur, et nous sommes très heureux de pouvoir les partager avec vous aujourd’hui.

Branchez-vous à votre culture en vous abonnant aujourd'hui!

Requis

Requis
Requis
Requis
Requis

Dans la foulée de tous les événements de l’année 2020, la pandémie, le monde qui se polarise de partout, l’escalade des violences raciales, la crise des migrants, la crise climatique, le manque de perspectives généralisé quant aux projets artistiques, aux systèmes sociaux, politiques et économiques que nous connaissons actuellement… J’ai vécu « la grande jambette » à peu près comme tout le monde au printemps dernier. J’ai fait de mon mieux pour ne pas trop me laisser envahir par l’angoisse. J’ai fait des cabanes qui se transformaient en restaurants, en cirque ou en salles de spectacles avec ma fille. J’ai revisité E.T. et tous les classiques de mon enfance. Je me suis reposée. Je me suis ennuyée. J’ai angoissé. J’ai fait de l’insomnie. J’ai eu la chance de reprendre le travail assez vite, et la très grande chance de ne pas chômer depuis, bien que la scène me manque de manière viscérale. Cette étrange période m’a donné l’opportunité de découvrir des œuvres, parfois bien en retard mais en voici trois du Québec 2020… – Florence Blain Mbaye

Rodney Saint-Éloi : Quand il fait triste, Bertha chante

Rodney Saint-Éloi : Quand il fait triste, Bertha chante

Je connais bien la poésie de Rodney Saint-Éloi, mais j’ai particulièrement été marquée par son dernier ouvrage Quand il fait triste, Bertha chante, en hommage à sa mère. Il dialogue avec elle, parle de son enfance en Haïti, de leur exil...

La beauté, la délicatesse, les mots justes avec lesquels il nomme ce grand amour pour sa mère, son peuple. J’ai trouvé que c’était un hommage puissant, une vraie ode au matriarcat et à son pays natal, à la vie qui fut et à celle qui se poursuit qui est tout à fait belle et singulière, intime et collective puisque plus d’un lecteur peut s’y reconnaitre. J’ai versé des larmes. Il dit tout. L'amour, la colère, l'attachement aux racines, les rêves les déceptions. Plein de douceur et de tendresse. J’aimerais pouvoir faire un aussi bel hommage à ma mère un jour… –FBM

La déesse des mouches à feu, un film d'Anaïs Barbeau-Lavalette

La déesse des mouches à feu, un film d'Anaïs Barbeau-Lavalette

C’était le 30 septembre, dernière journée avant la refermeture des bars, des restaurants, des bibliothèques et des salles de spectacles… J’avais besoin de lumière avant le re-gris, alors je me suis précipitée au Quartier Latin, seule salle où il y avait encore quelques places disponibles pour voir La déesse des mouches à feu. Je l’avais vu au Théâtre de Quat’Sous, alors que je ne connaissais pas l’œuvre de Genevieve Pettersen à cette époque, et j’avais adoré. Malgré ma place à l’avant sur le côté et mon petit cou cassé, j’ai été complètement bouleversée par la vie criante qui émanait de ce récit, le talent de cette généreuse équipe d’acteurs – je les aimais, ils étaient tous devenus mes amis – le talent et l’œil d’Anaïs Barbeau-Lavalette, presque de documentariste, sachant capter la spontanéité dans chaque geste, la véracité des rapports humains. Le tout est une grande œuvre selon moi. Anaïs Barbeau-Lavalette a su avec beaucoup de talent et beaucoup d’amour mettre en image cette œuvre poignante de Geneviève Pettersen. Je suis tellement heureuse et reconnaissante de l’avoir vu à temps, (en salle !) juste avant de replonger dans la grisaille. –FBM

Lou-Adriane Cassidy

Lou-Adriane Cassidy

Une amie m’a fait découvrir cet album qui est définitivement devenu mon album québécois coup de cœur 2020. J’ai découvert une interprète à la voix bien assumée et authentique, fragile et forte. Un contenu intelligent et original. Un registre moins perché, une voix naturelle, proche de la voix parlée.

Étant moi-même à la réalisation d’un album, je me suis un peu reconnue dans sa façon assez laid back et sans artifices de se dévoiler avec une voix et une musique qui nous posent exactement là où on doit être au niveau de l’imaginaire chaque fois. C’est à la fois sans prétention et brillant. Simple et complexe. Ma fille Nora seconde… On a souvent dansé sur ses chansons… –FBM

Vous désirez être informé·e de nos prochaines suggestions culturelles? Abonnez-vous!

Requis

Rester chez soi ne veut pas dire que vous devez vous sentir esseulé·e. Joignez vous à notre mouvement en vous abonnant!

Requis
Requis
Requis
Requis
Dans cet article
Défendons ensemble nos intérêts culturels et économiques.
Suivant
Nos coups de cœur