Skip to contentSkip to navigation
PKP dénonce le laxisme fiscal envers les entreprises étrangères comme Netflix
Salle des nouvelles
Salle des nouvelles - Conditions

La Salle des nouvelles des Amis de la radiodiffusion canadienne est la plus grande base de données canadienne traitant du système de radiodiffusion, la propriété des médias et les politiques culturelles au Canada. L’objectif de cette base de données est de colliger et de conserver les nouvelles traitant de ces sujets, sans modifications, afin que le public puisse, sans frais, accéder à la base de données pour des raisons académiques, de recherche, d’étude privée et de fins connexes.

Voici un exemple d’utilisation équitable : le téléchargement d’un seul exemplaire d’un article, en entier ou en partie, pour des fins de recherche ou d’étude personnelle. Le contenu de cette base de données est assujetti à la Loi sur le droit d’auteur du Canada, et au-delà de l’utilisation équitable, aucun usage ou reproduction est permis sans l’autorisation du ou des détenteurs des droits d’auteur. Si vous acceptez de limiter votre utilisation de cette base de données aux usages permis par la Loi du droit d’auteur du Canada, veuillez cliquez sur la touche « J’accepte » ci-bas.

PKP dénonce le laxisme fiscal envers les entreprises étrangères comme Netflix

Écrit par
ICI RADIO-CANADA.CA
le
13 août 2018

Lors de cette entrevue accordée à Alain Gravel, Pierre-Karl Péladeau a déploré que certaines entreprises étrangères comme Netflix et Spotify ne soient pas assujetties aux taxes de ventes au même titre que les entreprises d’ici. Il affirme que le gouvernement Trudeau fait preuve de « laxisme fiscal » à l’égard de ces entreprises, au détriment des diffuseurs et des producteurs locaux, par pur électoralisme.

Lors de cette entrevue accordée à Alain Gravel, Pierre-Karl Péladeau a déploré que certaines entreprises étrangères comme Netflix et Spotify ne soient pas assujetties aux taxes de ventes au même titre que les entreprises d’ici. Il affirme que le gouvernement Trudeau fait preuve de « laxisme fiscal » à l’égard de ces entreprises, au détriment des diffuseurs et des producteurs locaux, par pur électoralisme.


« Pourquoi une entreprise étrangère ne serait-elle pas assujettie à la taxe de vente? » C'est la question que pose Pierre Karl Péladeau, qui dénonce le

laxisme fiscal dont profitent certains producteurs et diffuseurs étrangers comme Netflix et Spotify.

Il s'agit d'un déséquilibre qui fragilise les organismes producteurs et diffuseurs de contenus établis au Canada et au Québec, croit le président et chef de la direction de Québecor.

« Il y a énormément d’intervenants dans le milieu économique qui se sont soulevés contre la décision du gouvernement Trudeau, et je pense que [cette décision est motivée] par de l’électoralisme le plus primaire », a dénoncé M. Péladeau.

M. Péladeau a reformulé ses critiques à l’égard du gouvernement Trudeau et du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) la semaine dernière, à l’occasion de la publication des résultats financiers du deuxième trimestre de Québecor. Selon l’homme d’affaires, le régulateur n’a pas su s’adapter à la transformation rapide de l’industrie des télécommunications et laisse la situation perdurer.

Pas de retour en politique

La campagne électorale sera lancée le 23 août prochain, mais M. Péladeau écarte la possibilité d'un retour à la politique active.

« Moi, aujourd’hui, je suis PDG de Québecor et je vais garder cette fonction. Mais je suis péquiste, je suis souverainiste et je vais le demeurer. »

L’homme d’affaires indique aussi qu’il s’abstiendra d’intervenir dans la campagne.

« Je pense que ça serait un peu inconciliable avec mes fonctions. Évidemment, comme citoyen, j’ai des opinions et je vais les faire connaître, mais l’action politique dans une campagne électorale serait, je dirais, inappropriée. »

M. Péladeau souligne que son apparition publique de la semaine dernière à Saint-Jérôme a été motivée par son appartenance à cette circonscription, lui qui en a été le représentant de 2014 à 2016.

© ICI RADIO-CANADA.CA

Dans cet article
Défendons ensemble nos intérêts culturels et économiques.