Skip to contentSkip to navigation
Sondage Nanos : Le gouvernement fédéral devrait protéger les nouvelles locales et l’indépendance de Radio-Canada

Sondage Nanos : Le gouvernement fédéral devrait protéger les nouvelles locales et l’indépendance de Radio-Canada

le
12 juin 2017

Un nouveau sondage Nanos rendu public ce matin démontre que les Canadiens accordent une grande importance aux nouvelles locales, se soucient de la diminution du nombre de journalistes au pays, et veulent que le gouvernement fédéral soutienne activement les nouvelles locales.

Pour diffusion immediate

Toronto – Un nouveau sondage Nanos rendu public ce matin démontre que les Canadiens accordent une grande importance aux nouvelles locales, se soucient de la diminution du nombre de journalistes au pays, et veulent que le gouvernement fédéral soutienne activement les nouvelles locales.

Ces résultats apparaissent à la veille de la publication de l’étude parlementaire sur l’avenir des médias locaux.

« Les Canadiens veulent que leur gouvernement fédéral agisse pour stopper le déclin des médias locaux » a déclaré Ian Morrison, porte-parole du groupe de surveillance Les AMIS de la radiodiffusion canadienne, qui a commandité la recherche.

Sept Canadiens sur dix (70%) sont d’accord que leur député devrait s’assurer que la radiodiffusion locale reste forte dans leur communauté, tandis que plus de la moitié d’entre eux (54%) pensent que le gouvernement fédéral devrait soutenir activement les nouvelles locales. Seulement le tiers des Canadiens (32%) préfèrent laisser le marché déterminer l’avenir des nouvelles locales.

Les nouvelles locales ont une valeur pour la grande majorité des Canadiens (74% d’accord et 15% plus ou moins d’accord) et la préoccupation au sujet de la diminution du nombre de journalistes est largement répandue (46% préoccupé et 35% plutôt préoccupé par la diminution du nombre de journalistes pour travailler à la création de nouvelles de qualité).

Seulement un-tiers (34%) pensent que la pertes d’emplois journalistiques est le résultat inévitable des changements technologiques, tandis que six sur dix (58%) pensent que le gouvernement fédéral devrait agir pour stopper le déclin des emplois en journalisme parce que le journalisme de qualité est important pour la démocratie canadienne.

Il se peut que les Canadiens pensent ainsi parce qu’ils font très peu confiance aux sources de nouvelles en ligne.

Les Canadiens font le plus confiance à CBC/Radio-Canada pour protéger la culture et l’identité canadiennes à la télévision, et le moins confiance à Netflix et aux autres diffuseurs numériques.

« Le gouvernement n’a pas encore tenu sa promesse de campagne de 2015 de réformer le processus de nomination des administrateurs de Radio-Canada et de son président afin d’assurer leur indépendance et qu’ils soient nommés au mérite, mais si on présume qu’il le fera, cela jouira d’un appui populaire important, » selon le porte-parole des AMIS, Ian Morrison.

Les Canadiens sont presqu’unanimes (80% d’accord et 15% plus ou moins d’accord) avec l’énoncé de Justin Trudeau, alors chef du Parti libéral, le 15 avril 2015, au sujet du besoin d’en finir avec les nominations par patronage au conseil de Radio-Canada, à l’effet que

« le choix des gens qui siègeront au conseil d’administration sera fait selon un processus non-partisan ou multi-partisan » pour choisir « des gens qui seront qualifiés, qui ont quelque chose à offrir, qui seront au service de Radio-Canada et de la population et pas du gouvernement de l’heure. » On retrouve aussi cet engagement dans la plateforme électorale du Parti libéral, qui promet un processus de nominations « indépendant et fondé sur le mérite. »

L’investissement des Canadiens dans Radio-Canada est appuyé par une vaste majorité : 82% pensent que son financement devrait soit être augmenté (43%) ou maintenu à son niveau actuel (39%), alors que seulement 14% croient que le financement de Radio-Canada devrait être diminué.

La moitié des Canadiens (49%) pensent que Radio-Canada devrait continuer à dépendre des revenus publicitaires pour financer ses opérations; un sur trois (36%) pense que le financement de Radio-Canada devrait être augmenté afin d’éliminer les publicités, et 10% pensent que le financement devrait être gelé à son niveau actuel tout en éliminant les publicités.

Nanos a mené un sondage par génération aléatoire de numéros de téléphone (GANT) à bases duales (lignes terrestres et cellulaires) du 12 au 16 mai 2017 dans le cadre d’un sondage omnibus de 1,000 Canadiens âgés de 18 ans ou plus. Les participants ont été recrutés au téléphone de façon aléatoire par des agents et le sondage a été administré en ligne. Les résultats ont été vérifiés statistiquement en utilisant les informations du plus récent recensement et pondérés par sexe et par âge. L’échantillon a été stratifié pour représenter la distribution géographique des Canadiens.

La marge d’erreur d’un sondage aléatoire auprès de 1 000 Canadiens est de ±3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Les AMIS de la radiodiffusion canadienne est un groupe de surveillance indépendant pour la programmation canadienne et n’est affilié avec aucun radiodiffuseur ni parti politique.

-30-

Le rapport intégral de Nanos est ici (en anglais seulement).

Renseignements :

Jim Thompson
jim@les-amis.ca 613-447-9592

Défendons ensemble nos intérêts culturels et économiques.