Skip to contentSkip to navigation
Une occasion ratée qui menace le discours démocratique

Une occasion ratée qui menace le discours démocratique

le
27 février 2018

Même si les médias et le journalisme canadiens luttent pour leur survie, le groupe de surveillance les AMIS de la radiodiffusion canadienne trouve que, dans le budget déposé aujourd’hui, le gouvernement fédéral a raté une belle occasion de faire face à la musique.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Ottawa – Même si les médias et le journalisme canadiens luttent pour leur survie, le groupe de surveillance les AMIS de la radiodiffusion canadienne trouve que, dans le budget déposé aujourd’hui, le gouvernement fédéral a raté une belle occasion de faire face à la musique.

La loi fiscale canadienne incite les entreprises à annoncer dans les médias canadiens – journaux, périodiques et radiodiffuseurs canadiens – plutôt qu’étrangers. Toutefois, ces mesures incitatives ne s’appliquent pas aux médias numériques.

Cette brèche fiscale favorise une perte annuelle de 5 milliards de dollars, principalement au profit de Google et Facebook – privant ainsi les médias canadiens des ressources dont ils ont besoin pour raconter des histoires canadiennes et pour produire le journalisme rigoureux nécessaire au maintien d’une saine démocratie.

Les AMIS ont demandé qu’Ottawa colmate cette brèche afin de permettre aux médias canadiens d’accéder à une concurrence équitable.

« Ce budget a raté l’occasion de colmater la brèche et de faire face à la crise qui menace les médias et le journalisme canadiens, selon le porte-parole des AMIS, Ian Morrison. Les mesures de secours purement symboliques proposées aujourd’hui ne suffiront pas à diminuer la portée ni l’ampleur du problème et ouvrent la porte à l’ingérence gouvernementale dans les salles de rédaction canadiennes. »

Selon M. Morrison, cette brèche permet aux monopoles internet américains de mener une concurrence déloyale aux secteurs médiatiques et technologiques canadiens. « L’inertie d’Ottawa dans ce dossier accule les médias et le journalisme canadiens au bord du gouffre – ce qui menace notre discours civique et notre démocratie même. »

Sans une intervention rapide d’Ottawa, Google et Facebook pourraient bientôt contrôler le discours public au Canada – un précédent inquiétant pour tous ceux qui s’inquiètent de la montée de l’autoritarisme trumpien, et qui tiennent au dialogue rationnel, appuyé sur les faits dont dépend la survie d’une saine démocratie canadienne.

-30-

Renseignements : Jim Thompson 613-447-9592 • jim@les-amis.ca

Défendons ensemble nos intérêts culturels et économiques.