Nos priorités

Sécurité en ligne

Girl at school desk on smartphone

Les Canadiens et les Canadiennes font de plus en plus appel aux médias sociaux pour obtenir des informations et des commentaires sur les questions du jour. Malheureusement, cela signifie que nous sommes également soumis à la désinformation, à la mésinformation, ainsi qu’à des contenus nuisibles et illégaux en ligne, et que nous en sommes souvent victimes.

Pour faire face à ce problème croissant, nous devons rétablir la transparence et la responsabilité dans nos espaces en ligne. Il faut donc démanteler l’économie de la désinformation qui finance l’empoisonnement de notre discours civil et exiger que les entreprises de médias sociaux soient tenues responsables du contenu toxique de plus en plus présent sur leurs plateformes.

En savoir plus

En prévision d’une loi pour lutter contre les méfaits en ligne, le groupe Gandalf a réalisé un sondage de la population pour les Amis des médias canadiens pour prendre le pouls sur la règlementation des plateformes.

Lire le rapport.

Si à l’origine, l’Internet s’annonçait une belle promesse, dans les faits c’est un univers anarchique dont les conséquences sont manifestes sur les médias sociaux, notamment sur Facebook et YouTube.

Ce document important arrive au bon moment car il fait la lumière sur les plateformes intermédiaires et comment celles-ci pullulent de discours haineux, de menaces et contenus par ailleurs illicites et répréhensibles. Y a-t-il un argument plus convaincant pour invoquer la législation canadienne même déficiente pour s’attaquer aux méfaits personnels, sociaux et politiques qu’on associe de plus en plus aux plateformes intermédiaires telles que Facebook?

Lire le rapport.

En savoir plus