Skip to contentSkip to navigation
N
o
u
s
 
a
v
o
n
s
 
b
e
s
o
i
n
 
d
e
 
j
o
u
r
n
a
l
i
s
m
e
 
c
r
é
d
i
b
l
e
 
e
t
 
e
n
 
s
a
n
t
é
.
 
C
e
s
s
o
n
s
 
d
e
 
s
u
b
v
e
n
t
i
o
n
n
e
r
 
F
a
c
e
b
o
o
k
.
À
 
q
u
i
 
f
a
i
t
e
s
-
v
o
u
s
 
c
o
n
f
i
a
n
c
e
 
p
o
u
r
 
v
é
h
i
c
u
l
e
r
 
l
a
 
v
é
r
i
t
é
,
 
F
a
c
e
b
o
o
k
 
o
u
 
R
a
d
i
o
-
C
a
n
a
d
a
?
L
e
s
 
A
M
I
S
 
s
o
n
t
 
l
e
s
 
d
é
f
e
n
s
e
u
r
s
 
d
e
 
n
o
t
r
e
 
j
o
u
r
n
a
l
i
s
m
e
 
e
t
 
d
e
s
 
h
i
s
t
o
i
r
e
s
 
d
e
 
c
h
e
z
 
n
o
u
s
.
L
e
s
 
A
M
I
S
 
d
é
f
e
n
d
e
n
t
 
n
o
t
r
e
 
c
u
l
t
u
r
e
 
e
t
 
n
o
t
r
e
 
d
é
m
o
c
r
a
t
i
e
.

La crise du journalisme : par son inaction, le gouvernement laisse des votes sur la table

Journalisme,
Géants de la technologie,
Politique d’intérêt public
DansÉditorialÉcrit par
Daniel Bernhard
le14 mai 2019
Un sondage Nanos a récemment trouvé que les Canadiens veulent que les plateformes monopolistes comme Facebook soient soumises à une règlementation et tenues responsables de leurs contenus. Et pourtant, personne à Ottawa ne s’engage à intervenir sur la question — même avec une élection à l’horizon.
La crise du journalisme : par son inaction, le gouvernement laisse des votes sur la table