En savoir plus

Marla Boltman nommée directrice générale du regroupement citoyen Les AMIS

Boltman est forte d’une vaste expérience au sein de l’industrie médiatique et détient des atouts importants en mobilisation et en causes juridiques en défense de nos voix.

TORONTO, 2 FÉVRIER 2022 – Marla Boltman a été nommée Directrice générale et porte-parole pour Les AMIS (anciennement Les Amis de la radiodiffusion). Cette nomination prend effet immédiatement. Boltman est une puissante défenseuse des voix canadiennes à un moment critique pour la politique des médias culturels du pays. Les AMIS continueront de dialoguer avec Ottawa sur le mandat et le budget de Radio-Canada et travaillent à s’assurer que les plateformes de diffusion en continu ainsi que les compagnies des médias sociaux contribuent de façon équitable à notre journalisme et au contenu d’ici. Alors que le débat sur la démocratie et la liberté d’expression s’impose sur la colline parlementaire, Les AMIS continueront de protéger lutter contre la contenu illégal en ligne.

« C’est un grand plaisir d’accueillir Marla en tant que directrice générale et de la féliciter pour son nouveau poste, a déclaré Raymonde Lavoie, présidente du conseil d’administration pour Les AMIS. L’expérience vaste et variée de Marla lui offre une compréhension unique des défis auxquels notre secteur médiatique fait face. Elle a la passion et le pragmatisme nécessaires pour rallier les élu.es, les parties prenantes de l’industrie, ainsi que le public, derrière l’idée que les compagnies étrangères qui gagnent des revenus au Canada devraient contribuer à la création de nos histoires. »

Comptant plus de 20 ans d’expérience à son actif, en politique de réglementation, en mobilisation, en production et en droit du divertissement, Boltman est une figure de proue dans le secteur canadien des médias. Tout récemment, Boltman était vice-présidente des affaires commerciales et opérationnelles chez Halfire Entertainement (où elle était coproductrice de la série Alias Grace, adaptée de l’œuvre de Margaret Atwood). Auparavant, Boltman était vice-présidente des affaires commerciales et juridiques, ainsi qu’avocate générale chez le Canadian Media Producers Association (CMPA), où elle a fourni des conseils juridiques et stratégiques sur divers aspects de la production médiatique indépendante. Au CMPA, elle a notamment joué un rôle de premier plan dans la négociation collective de diverses ententes de syndicats et de guildes de créateurs. Son expérience robuste comprend également des rôles à DHX Media (maintenant Wildbrain), au Fonds des médias du Canada, au Canadian Film Centre ainsi qu’avec Alliance Atlantis Communications.

« Chaque étape de ma carrière est caractérisée par le même fil conducteur – faire de la place pour les voix d’ici et ce faisant, protéger notre culture et nos valeurs, a déclaré Boltman. J’ai hâte de m’appuyer sur la fondation solide des AMIS pour contribuer aux conversations sur le journalisme et la démocratie, l’avenir de notre radiodiffuseur public et l’encadrement des géants du web, afin d’assurer un terrain de jeu égal sur l’ensemble de notre territoire. »

Boltman est membre du conseil d’administration de POV et du Youth Film and Media and Training Network. Elle a également été présidente du comité consultatif du programme Business of TV & Film de Centennial College, membre de plusieurs groupes de travail du CMPA, membre du conseil d’administration du Canadian Retransmission Collective et membre du comité des règlements télévisuels des Prix Écrans canadiens de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision. Grâce à ces divers rôles, Boltman a établi des relations solides et productives dans tous les secteurs de l’industrie des médias.

Boltman détient un diplôme en droit du Schulich School of Law, un baccalauréat en arts de la radio et de la télévision de l’Université Ryerson, ainsi qu’un baccalauréat en sociologie de l’Université Western Ontario.

Au sujet des AMIS :

Les AMIS: nous sommes un mouvement citoyen qui défend les voix d’ici au sein de notre radiodiffusion publique, nos médias et notre culture. En nous rassemblant autour d’une Société Radio-Canada forte, du journalisme crédible, et des histoires communes, nous nous battons pour les protéger — parce que si nos histoires disparaissent, nous aussi.

-30-